fbpx

contact@alric-patrimoine.com     +33 6 68 46 96 90

impact du covid sur l'immobilier en France

Impact du Covid sur le marché de l’immobilier en France

  • Simon Dubois
  • 10 juillet 2020

La crise actuelle du Coronavirus nous pousse à poser plusieurs questions sur l’avenir des économies mondiales. Elle génère naturellement des craintes mais aussi de l’espoir car entre le capitalisme d’avant et celui d’après Covid il faut tout repenser.

En outre, le Covid19 n’est pas une simple parenthèse dans nos vies, ses différentes conséquences sur les plans social et économique sont remarquablement lourdes. En effet, depuis sa première apparition en Chine, en décembre 2019, le Corona virus a bouleversé la planète. Cette maladie infectieuse qui est qualifiée de pandémie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a des répercussions profondes sur la santé des populations, l’économie, les industries et les transports mondiaux. En effet, il s’agit de la plus grande crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle.

Avec la crise du Covid 19 qui a touché le monde entier, plusieurs personnes ne doutent pas des effets négatifs qu’aurait cette pandémie sur les différents marchés et particulièrement celui de l’immobilier. Toute une panoplie de questions se pose sur les fluctuations des prix, le développement de l’offre et de la demande ainsi que les mesures à adopter pour la relance du secteur en France.

I. Quel impact sur les prix des biens immobiliers

Avec la présente crise sanitaire, les ménages se demandent si les prix de l’immobilier vont être impactés ? Est-ce qu’ils connaîtront des hausses ou des baisses ? Selon des experts, avec le confinement exigé, la demande des Français, vis-à-vis des maisons avec jardin est croissante, chose qui pourrait faire monter les prix mais il y’a des villes où les prix vont se maintenir, notamment la capitale Paris. De même, avec la conjoncture actuelle, un grand nombre d’urbains se sont retirés en périphérie des villes pour pouvoir bénéficier d’un meilleur cadre de vie surtout que le télétravail s’est généralisé. De même, il va y avoir un avant et un après dans les envies en immobilier. En effet, les grandes villes avec les beaux appartements peuvent faire moins rêver que les petites maisons avec jardin.

Par ailleurs, une remarque générale s’impose : avec la situation actuelle les propriétaires des biens immobiliers sont de plus en plus pressés de vendre leurs biens qu’il y’a deux mois avant le confinement, chose qui les pousse à baisser significativement et rapidement les prix de vente.  Autre élément important à souligner, avec cette crise sanitaire qui s’est produite d’une façon inopinée, les revenus des ménages français sont négativement impactés ce qui s’est répercuté d’une façon néfaste sur leur niveau de vie. Une telle situation poussera automatiquement les vendeurs des biens immobiliers à baisser les prix pour pouvoir vendre, surtout si le propriétaire est pressé de liquider son bien.

Selon une récente étude réalisée par « SeLoger », 39% des interrogés ont affirmé que le confinement est le bon moment pour acheter alors que 46% n’arrivent pas à se positionner à ce sujet.

En effet, cette hésitation à la sortie du confinement en France est un réel phénomène compte tenu de l’expérience bouleversante vécue auparavant. Les différents projets d’achat ont beaucoup évolué à la sortie du confinement avec une appétence remarquable pour les petites villes. De même, les envies d’espace

extérieur et de maison sont également plus développées surtout que le télétravail nécessite de passer plus de temps chez soi.

II. Vers un allègement des conditions d’acquisition et de transaction

Avec la crise du Coronavirus qui a touché plusieurs secteurs, dont l’immobilier, qui a reculé de 88% en avril dernier, soit la même baisse que l’hôtellerie et la restauration. De ce fait, il était nécessaire de procéder à l’adoption de certaines mesures permettant de le relancer. En effet, la facilitation de l’accès aux crédits de logement particulièrement les conditions d’octroi qui prennent en considération les effets de la crise ainsi que les différentes conditions nécessaires à l’acquisition des biens immobiliers et les modalités de transaction entre acheteur et vendeur s’avèrent d’une énorme importance. La facilitation des démarches administratives relatives à la vente et l’achat du bien immobilier. De même, pour mieux dynamiser le secteur, le gouvernement français a autorisé à partir du 11 mai dernier, l’organisation des visites de biens pour booster la demande devant une offre abondante.

III. Quelques mesures adoptées par l’Etat

Il ne faut surtout pas le nier, le secteur de l’immobilier est un acteur important du développement économique de la France. Avec l’actuelle crise sanitaire, les agences immobilières ont été très touchées par la baisse de la demande suite à la régression du pouvoir d’achat des ménages souffrant de la dégringolade de leurs revenus. Comme chaque Etat et son rôle dans le redressement économique, la France a adopté quelques mesures pour aider ce secteur à se lever notamment : la publication d’une batterie d’ordonnances et de décrets qui devront soutenir ce secteur parmi les plus fragilisés par cette crise sanitaire, la dématérialisation de la signature de tous les actes afin de permettre leur continuité, l’annulation du mois tampon adopté par ordonnance le 25 mars et qui permettrait de prolonger l’instruction des permis de construire et le droit de préemption des collectivités.  De même, fin 2019, le gouvernement français avait demandé aux banques d’être plus strictes et d’accorder plus de prêt aux ménages qui dépassaient un taux d’endettement de 33%, en effet avec les circonstances actuelles, cette décision a été revue afin de faciliter aux acquéreurs l’accès aux crédits bancaires dédiés à l’immobilier.

IV. Quel avenir pour l’immobilier en période post-covid ?

Il est vrai que c’est trop tôt pour pouvoir mesurer les conséquences  de la crise du Covid 19 sur les différents marchés et particulièrement celui de l’immobilier. Néanmoins, cela ne nous empêche pas de tenter de se projeter dans l’avenir et voir comment les comportements des acheteurs et vendeurs vont évoluer.

Après le déconfinement, l’achat immobilier que ce soit pour une résidence principale ou un investissement locatif demandera plus de confiance en l’avenir ainsi que de la visibilité sur les revenus et les charges à venir. En revanche, même après ce déconfinement, le Coronavirus sera toujours présent, il faudra encore du temps pour trouver des solutions durables permettant de vivre tout en limitant les risques. En effet, et malheureusement, la vie ne pourrait pas reprendre son cours normal comme si de rien n’était. Dans une telle situation, la règle est très simple, baisse de revenus est égal à moins de pouvoir d’achat, chose qui est logique économiquement parlant.

Par ailleurs, pour prévoir l’avenir de l’immobilier en France plusieurs questions s’imposent notamment : si le chômage partiel permet de tenir le coup de nombreux salariés, combien de professions libérales voient leurs revenus chuter ? Ceci impactera sans aucun doute leur pouvoir d’achat en biens immobiliers. De même, parmi, les acquéreurs potentiels,  quelle solvabilité auront-ils ? En effet, la capacité d’achat des ménages devrait baisser dans l’ensemble, beaucoup se sont déjà écartés du marché immobilier par des prix trop élevés, le potentiel d’acheteurs avec des moyens financiers suffisants va se réduire.

L’investissement en immobilier n’est pas très porteur en cette période critique. Pourquoi ? Le risque d’une hausse des impôts et de charges en tous genres par l’Etat n’incitent pas à investir dans une maison ou un appartement surtout pour ceux qui doivent prendre des risques au niveau de leur endettement pour cette fin.

D’autres acheteurs pensent que l’attentisme pourrait être plus grand qu’il est assez probable d’assister à des baisses de prix des logements dans les mois à venir. Si c’est le cas, il n’a y’a aucune raison de se presser d’acheter maintenant,

autant attendre que demain cela soit moins cher et donc moins difficile à réaliser.

Ainsi, même si on devrait globalement assister à une forte baisse du nombre de personnes qui veulent acheter de l’immobilier en cette période, la présente tendance pourra être un peu nuancée par ceux qui pensent que l’immobilier est une valeur refuge et qui voudront en acheter rapidement dès qu’ils le pourront.

V.  Conclusion

Il est visible que nous sommes qu’au début de cette crise sanitaire du Covid 19, mais nous pouvons tout de même comprendre qu’elle provoquera des changements non négligeables sur le marché de l’immobilier en France sur le moyen et long terme. Les avis sont différents sur l’avenir de ce marché dynamique et porteur ainsi que ses répercussions sur l’économie en général, mais ce qu’il faut savoir c’est que cette pandémie n’est pas sans conséquences néfastes sur le pouvoir d’achat des ménages chose qui impactera sans doute la demande sur les différents  biens immobiliers. Le rôle de l’Etat est aussi primordial dans le soutien des secteurs souffrant et la réalisation de l’équilibre socio-économique. Beaucoup d’inconnus et des conséquences connaîtra le marché immobilier français. Le moins que l’on puisse dire c’est que les années à venir vont être délicates sur le plan économique en France comme dans de nombreux pays. Souhaitons que les dégâts cessent le plus rapidement possible aussi bien pour la santé physique de tous que pour la santé économique du pays.

No Comments

Leave a Comment