fbpx

contact@alric-patrimoine.com     +33 6 68 46 96 90

Les Français et leur épargne face à la pandémie du COVID-19

Les Français et leur épargne face à la pandémie du COVID-19

  • Simon Dubois
  • 1 septembre 2020

La crise du Coronavirus qu’a connu le monde entier a chamboulé le comportement des acteurs économiques et financiers. En fait, cette pandémie a permis aux Français d’épargner largement plus, étant donné que le taux d’épargne a dépassé les 20%, contre 15% auparavant. De même, la collecte du «livret A» a atteint un niveau historique, au mois d’avril. Pour ce même mois, le niveau de collecte devrait être compris entre 5 et 10 milliards d’euros, selon un responsable à la caisse des dépôts et consignations. Celui-ci qualifie ce montant de logique vu que les français n’ont pas pu consommer normalement en raison de la fermeture des magasins.

En mars dernier, le livret A avait enregistré plus largement de dépôts des épargnants que de retraits. Ceci a porté la collecte mensuelle à 2,7 milliards d’euros, son niveau le plus élevé depuis 2009.

En outre, il faut bien dire que le confinement a bouleversé le quotidien et les finances de millions de Français. Les épargnants ont engrangé le trésor de 45 millions d’euros entre mars et avril. Ce surplus d’économies a principalement atterri sur les comptes courants et les livrets d’épargne respectivement : +15,5 milliards d’euros et +12,5  milliards d’euros comparativement à mars et avril de 2019.

Les épargnants face à la crise du Covid-19

En pleine crise du Covid-19 et selon les dernières statistiques, 68% des Français montrent leur inquiétude avec la baisse des marchés financiers causée par le manque de flux. De même, 2 épargnants sur 3 se déclarent inquiets, suite à la récente baisse des différents marchés, cette tendance est beaucoup plus forte chez les plus de 35 ans. En cette période de crise critique, seulement 13% des détenteurs de placements financiers ont réalisé des opérations financières.

Par ailleurs, Malgré une conscience réelle de la crise financière et des risques qu’elle génère, les épargnants détenteurs de placements financiers ont été très peu nombreux à effectuer des mouvements sur leur épargne. Un peu plus d’un interrogé sur 10 a ainsi choisi de faire évoluer ses placements durant cette période de confinement, avec une préférence pour les placements jugés plus sûrs.

Durant la période de cette crise, les Français disposant d’une épargne financière, supérieure à 75.000 euros, se sont montrés plus actifs que la moyenne. Pourtant parmi cette population plus impactée environ 8 personnes sur 10 n’ont pas bougé.

Selon la banque de France, en seulement 8 semaines de confinement, les Français ont épargné 55 milliards d’euros et, cette cagnotte pourrait atteindre les 100 milliards d’euros d’ici la fin de l’année.

Après avoir atteint 20% au premier trimestre, le taux d’épargne pourrait croître à 30% au deuxième trimestre. C’est du jamais vu, puisque le taux d’épargne varie habituellement entre 14 et 16%.

Dans le détail, la plus grande partie de l’épargne à savoir 44% a été laissé sur des comptes courants, une grosse part a aussi été portée sur des livrets réglementés, soit 36% et seulement 20% ont été investis sur des produits à plus long terme, à savoir 10% en assurance vie et 10% en bourse.

En revanche, il n’est pas du tout certain que cette épargne Covid se retrouve entièrement dans la consommation, ni l’inverse sur de l’épargne, sur le long terme. En fait, près de 60% des épargnants déclarent qu’ils vont consacrer leurs épargnes aux loisirs, vacances et consommation, alors que 42% déclarent qu’ils vont placer leur argent sur le long terme.

Selon des sondages récents sur la population française, 89% des ménages envisagent d’épargner davantage et ce, quelque soit leur profil soit deux points de plus qu’avant le confinement. Selon les chiffres de la BCPE, 38% des Français estiment que leur épargne de précaution n’est pas suffisante pour faire face à la crise ou aux difficultés à venir.

En outre, la crise du Covid 19 ainsi que le confinement sont venus chambouler et modifier les habitudes de consommation. Une conséquence directe : les Français épargnent davantage que d’habitude. Entre mars et avril, les Français ont engrangé 45 milliards d’euros. Selon une enquête réalisée par la BPCE, cette tendance ne semblerait pas s’arrêter avec le déconfinement. En effet, suite à la crise sanitaire liée au Covid 19, plus d’un quart des interrogés souhaitent renforcer leur épargne de précaution. Malgré le recul du pouvoir d’achat, l’aspiration à l’épargne reste forte.

Sur la période de confinement en France, les versements sur les livrets A et LDDS ont battu des records. Le total des versements a dépassé les 5 milliards d’euros, pour le seul mois de mai 2020, contre seulement 1,61 milliard d’euros en mai 2019. En tout, la collecte enregistrée sur ces livrets, depuis le début de l’année est de 22,4 milliards, contre 16,6 milliards d’euros sur toute l’année 2019. Face à l’incertitude, les Français ont donc choisi de placer leur argent sur des supports non-risqués.

Aujourd’hui, en France, seul l’immobilier est le mieux placé pour  convaincre les ménages patrimoniaux d’investir à long terme, car la mémoire de l’immobilier a su résister aux trois dernières crises des marchés financiers, faisant disparaître la période 1991-96 d’effondrement du prix des logements de cette mémoire collective.

Les raisons de leur immobilisme

Aujourd’hui, près de 4 Français sur 10 n’ont confiance en personne pour placer  leur épargne. Cet immobilisme des Français, concernant la gestion  de leur épargne pendant cette crise sanitaire, trouve son origine dans leur manque de confiance. En effet, 39% des Français sondés, affirment ne faire confiance à personne pour les conseiller sur la gestion de leurs placements financiers.

S’agissant du conseil, seules 16% des personnes qui ont été interrogées déclarent avoir accès à un professionnel  dédié à la gestion de patrimoine. De même, les détenteurs de produits à risque et les épargnants avec un patrimoine financier de plus de 75.000 euros sont ceux qui ont le plus recours à ce genre de services.

En somme, c’est une minorité d’épargnants qui confirment avoir eu le sentiment d’être accompagnés depuis le début de l’épidémie du covid- 19 et, 20% des interrogés regrettent de ne pas avoir eu de conseil spécifique pendant cette période.  Cette dernière a été critique pour toutes les parties de par la vision floue de l’avenir, l’incertitude, le stress liés à la situation sanitaire actuelle…

Le renforcement de la gestion 100% en ligne

La présente chute rapide et forte des places boursières inquiète les épargnants. En fait, avec le manque de confiance et d’accompagnement, ils se montrent de plus en plus intéressés par les outils de gestion et leur épargne en ligne. Selon les derniers chiffres, 81% des épargnants valident le modèle full digital pour la gestion de leur épargne en ligne.

Par ailleurs, la situation particulière liée à la crise ainsi que le confinement ont permis à 12% des Français de réaliser à quel point, consulter et pouvoir gérer leurs épargnes en ligne, en toute autonomie et sécurité, était indispensable, tandis que 8% des interrogés déclarent s’être familiarisés, avec succès, avec cet outil, soit 20% de nouveaux convertis à l’épargne en ligne.

Ceux-ci rejoignent les 61% d’épargnants qui étaient à l’aise avec la consultation et la gestion de leur épargne en ligne. En gros, un peu plus de 8 Français sur 10, approuvent complètement le modèle 100% digital pour gérer les placements financiers.

En somme, c’est avec l’avènement des crises que la dématérialisation des services s’impose. La pandémie du Covid-19 a poussé les épargnants et acteurs financiers a adopté les moyens de gestion en ligne. Ces derniers leur ont permis de rester à jour avec leurs situations financières, la gestion de leur patrimoine financier, gagner plus de temps dans la réalisation des différentes transactions et d’éviter le contact avec leurs conseillers.

Conclusion

En somme, la crise du Covid-19 et le confinement ont incité les Français à moins consommer et pour certains à épargner plus. De même, le comportement des épargnants a évolué durant cette période, le rapport à l’épargne a changé et le contexte incertain, a influencé certaines décisions.  Pour leur part, les livrets d’épargnes ont rencontré un grand succès pendant le confinement avec des collectes records sur les mois de mars, avril et mai. De même, l’épargne retraite comme étant un produit destiné à préparer son avenir, a aussi connu un regain d’intérêt. L’immobilier reste malgré les circonstances l’un des placements privilégiés des Français qui n’ont pas abandonné leur projet d’achat, pendant le confinement.

Par ailleurs, il est important de noter que le réinvestissement de l’épargne dormante des Français est le plus grand défi que s’est imposé le gouvernement pour pouvoir relancer l’économie. Alors si les chiffres parlent d’eux-mêmes, il faut maintenant trouver des méthodes permettant d’inciter les épargnants à desserrer les cordons de la bourse et des marchés financiers.

Ce qui reste sûr, c’est que toutes les crises, quelque soit leur nature ou leur gravité, viennent à l’improviste et s’imposent en chamboulant tout le paysage financier, économique et social. Ce qu’il faut avoir,  c’est le sens de la gestion ainsi que la construction des plans de sortie de crise qui deviendront en post-crise, des leçons à garder pour en profiter dans l’avenir.

No Comments

Leave a Comment